Comment sont détectées nos futures championnes de Taekwondo ?

Pôle France Taekwondo d'Aix-en-Provence

Avec une médaille d’argent et une médaille de bronze, l’équipe de France de taekwondo a clairement réussi ses Jeux. Anne-Caroline Graffe et Marlène Harnois ont assuré la place de la France comme nation forte chez les femmes. Cependant, elles devront redoubler d’efforts pour figurer aux JO de Rio en 2016 car la relève arrive, et elle a faim.

J’ai eu la chance de m’entretenir avec Mehdi Bensafi, l’entraîneur du pôle France d’Aix-en-Provence, qui a sous son aile depuis quatre ans les juniors les plus prometteuses du pays. Comment les filles sont-elles détectées ? Quel programme endurent-elles au quotidien ?
Voici la première partie de cet entretien.

KO Podium : Pouvez-vous nous expliquer le rôle du pôle France d’Aix-en-Provence ?

Mehdi Bensafi, entraîneur du pôle France d’Aix-en-Provence
Mehdi Bensafi, entraîneur du pôle France d’Aix-en-Provence

Mehdi Bensafi : Notre fonctionnement actuel date de 2008, quand a été mis en place le Parcours de l’Excellence Sportive par le Ministère des Sports. La fédération a ainsi recentré tous ses dispositifs de haut niveau sur trois structures d’entraînement permanentes : une à Aix-en-Provence avec les jeunes filles, une à Toulouse avec les jeunes garçons, et enfin l’INSEP avec les équipes élites séniors féminine et masculine. Ça, c’est déjà pour avoir en tête l’aspect structurel.

Au niveau d’Aix-en-Provence, notre rôle consiste donc à regrouper les juniors et jeunes séniors prometteuses de toute la France (métropole et outre-mer), et à leur permettre d’entrer dans une démarche de haut niveau. La réalisation de cet objectif passe par notre mission principale : la détection.

Comment fonctionne concrètement ce dispositif de détection ?

Pour faire simple, on dispose de trois éléments pour la détection.

Le premier est le dispositif cadet, qui est géré par un coordinateur national. Pour chaque région, il [le coordinateur national] désigne avec les responsables locaux un entraineur régional qui va faire une détection sur sa zone et former des cadets prometteurs au rythme d’un entraînement par semaine. C’est ce qu’on appelle un Centre Fédéral Espoir (CFE). Leur but est véritablement de former des mini-élites régionales en cadet. Le coordinateur national anime tout ce réseau avec des grands regroupements ponctuels au cours de l’année à l’occasion de stages ou de compétitions. Les CFE constituent donc le premier vivier dans lequel nous pourrons piocher de futurs juniors.

Le deuxième élément, ce sont les compétitions juniors qui sont organisées pendant l’année au niveau national. On peut y identifier des jeunes qui n’étaient pas brillantes en cadet, mais qui se sont révélées en grandissant. Après les avoir repérés en compétition, on pourra éventuellement les faire venir sur un stage au pôle d’Aix pour mieux les connaître, les observer de plus près.

Dans certains cas, une athlète qui ne se s’est révélée ni en cadet, ni en junior, va montrer un potentiel intéressant après être passée sénior.

Le dernier élément de la détection, ce sont les compétitions séniors. Dans certains cas, une athlète qui ne se s’est révélée ni en cadet, ni en junior, va montrer un potentiel intéressant après être passée sénior (NDLR : plus de 17 ans). On suit alors le même processus en la faisant venir en stage, et parfois en la faisant participer à une compétition internationale pour voir s’il y a une marge d’évolution au niveau international. Quand le potentiel est avéré, on propose à l’athlète un projet qui s’adapte avec son projet scolaire/professionnel, pour qu’elle puisse intégrer notre pôle. L’idée n’est bien évidemment pas de sélectionner des séniors de 25 ou 30 ans, mais plutôt des profils de tout juste 17 ans, ou qui viennent d’avoir 18 ans.

Est-ce que vous ne prenez pas plus de risques en sélectionnant des athlètes qui finalement ne découvrent le haut niveau que très tard par rapport à leurs homologues ?

Ce n’est vraiment pas le cas. Il y a des personnes qui ne développent un physique avantageux pour le taekwondo qu’en toute fin de croissance. D’autres vont gagner beaucoup de maturité psychologique en grandissant, ce qui leur permettra de développer des aptitudes tactiques supérieures à la moyenne. C’est vraiment propre à chaque athlète, il n’y a pas de modèle défini.

Ce qui peut être compliqué avec ce public, c’est de définir le double projet (NDLR : offrir aux athlètes la possibilité de mener leur carrière sportive tout en préparant leur avenir professionnel). Généralement à cet âge elles sont déjà embarquées dans un projet universitaire ou professionnel qui est difficile à concilier avec un projet de haut niveau. Il faut trouver des équivalents sur Aix-en-Provence qui devront être aménagés pour des entraînements biquotidiens. C’est loin d’être évident.

Les pensionnaires du Pôle France Jeunes Féminin Taekwondo d'Aix-en-Provence
Les pensionnaires du Pôle France Jeunes Féminin Taekwondo d'Aix-en-Provence

Vous êtes toujours à l’initiative des détections ou ce sont plutôt vos collègues en région qui font des propositions ?

C’est souvent nous qui sommes à l’initiative de la détection d’une athlète. Après, on a des interlocuteurs en région qui peuvent nous dire « écoute j’ai une petite jeune prometteuse sur laquelle il faut avoir l’œil ». À ce moment-là, si on ne la connait pas on lui portera une attention particulière en compétition, et si ça ne marche pas tant pis. L’information peut vraiment venir de tout le monde, et notre travail consiste à la filtrer.

Pour revenir au fonctionnement du pôle d’Aix, quel est le rythme des entraînements ? Comment sont organisées les journées ?

Il y a deux entraînements par jour. Les filles ont cours de 8h à 11h, puis un premier entraînement jusqu’à 12h30. L’après-midi, après des cours de 13h30 à 17h, elles s’entrainent entre 17h30 et 19h30. En moyenne les filles tournent entre 17 et 18h d’entraînement par semaine !! Il faut aussi préciser que chaque jour, il y a toujours un entraînement physique et un entraînement spécifique taekwondo.

Pourquoi insister autant sur l’aspect physique ?

Le taekwondo, comme toute discipline spécifique, est déstructurant au niveau corporel.

Il ne faut pas oublier que ce sont des jeunes, des adolescents, qui débutent une pratique de haut niveau, de fait très exigeante. A cet âge, tous les organes ne sont pas encore formés. Or le taekwondo, comme toute discipline spécifique, est déstructurant au niveau corporel, c’est-à-dire qu’il y a beaucoup de contacts, une intensité de travail élevé, etc. Pour des jeunes de 14-20 ans c’est très traumatisant, et si l’on n’anticipe pas ce danger, on peut se retrouver avec des jeunes séniors bourrés de talent mais qui à 18 ans seront déjà affectés par des périostites, des triples entorses de chevilles, etc. C’est précisément ce que l’on cherche à éviter.

Magda Wiet Hénin, Championne du Monde Junior, au pôle depuis 2010
Magda Wiet Hénin, Championne du Monde Junior, au pôle depuis 2010

Pour cette raison, on estime que la préparation physique est aussi importante que l’entraînement spécifique au taekwondo. Ce choix a été fait en 2008 et on peut dire qu’il porte ses fruits. Cette année, lors des Championnats du Monde Junior en Egypte, deux de nos pensionnaires se sont distinguées : l’une est devenue championne du monde (NDLR : Magda Wiet Hénin en – 59 kg) et l’autre est vice-championne (NDLR : Estelle Vanderzwalm en – 55 kg). Elles sont au pôle depuis maintenant deux ans et n’ont eu aucune blessure grave. Elles ont bien eu des béquilles, et autres « bobos », mais rien qui n’entraîne une immobilisation. Toute la réussite du programme se situe là : au-delà de la médaille d’or, de la médaille d’argent, ou même du podium, c’est d’avoir des athlètes qui ont beaucoup de potentiel et dont on a réussi à préserver l’intégrité physique pour performer au plus haut niveau.

MAJ : Ne manquez pas la seconde partie de cet entretien !

 

Cette entrée a été publiée dans Entraînement, Entretien and taguée , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

3 Responses to Comment sont détectées nos futures championnes de Taekwondo ?

  1. Pingback : Il entraîne nos futures championnes : entretien avec Mehdi Bensafi (2/2)

  2. Liliane wang dit :

    Bonjour,
    Je sues tres interesse par votre club, j’ai16 ans, et le Taekwondo est ma passion. Pourrez je savoir plus d’information s’il vous plait? Contacter moi: liliane.wang97@hotmail.fr

  3. Loic dit :

    Bonjour Liliane,
    Tu peux trouver plus d’information sur le pôle france taekwondo d’Aix en Provence sur le site de la fédération : http://www.fftda.fr/fr/64-parcours-d-excellence-sportive.html
    Bon courage !

Répondre à Loic Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>